Bioéthanol : Fausse bonne idée ?

Blog Hellogova : conseils d'experts pour trouver la voiture idéale

Temps de lecture: 6 min

Bioéthanol : Fausse bonne idée ?

Pour rouler plus propre et à moindre coût, nombre d’automobilistes plébiscitent le Bioéthanol (ou Superéthanol, ou encore E85).

La baisse des prix des carburants est historique suite à la Pandémie qui a fait exploser les stocks de pétrole brut.

En effet, nous avons assisté à une baisse des consommations d’essence et de gazole de 70% à 85%.

Pour autant, les prix remontent tout de même petit à petit et l’engouement pour ce carburant bon marché semble toujours plus fort.

Mais alors, ce Bioéthanol, est-ce une fausse bonne idée ?

Plein de promesses, ce carburant moins polluant promet également de belles économies.

Si nous connaissons tous le carburant Diesel et le Super dit sans plomb, le Bioéthanol est encore assez méconnu.

Ce carburant, distribué sous le label E85, est en fait une déclinaison du Super sans plomb 95 qui comporte alors entre 65% (l’été) et 85% (l’hiver) d’éthanol. Ce carburant ne peut donc être utilisé exclusivement sur les moteurs qualifiés de type « essence». En fait, tous les carburants dits essence contiennent de l’éthanol, mais alors de l’ordre de 10% seulement.

Mais attention, il ne suffit pas d’avoir un véhicule fonctionnant avec de l’essence pour pouvoir lui faire ingurgiter du Bioéthanol.

Issu de l’amidon de blé, de maïs, ou encore de canne à sucre ou de betterave, le Bioéthanol impose certainement une modification de votre moteur avant d’être consommé.

Bioéthanol, fausse bonne idée, les avantages ?

Ce carburant est en effet moins cher d’environ 60 centimes, car moins polluant, sa fiscalité est donc très avantageuse.

Avec un kilométrage moyen en France de 14 000 km par an, pour une consommation de 6l/100km, ce carburant permet alors d’économiser 500€ par an.

La taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques est près de 6 fois supérieure sur le super sans plomb 95-E10 que sur le superéthanol E85.

En effet, il contribue en moyenne à une réduction des émissions de CO2 de 40%.

De même, il permet une baisse de 90% des rejets de particules fines et de 30% des oxydes d’azote.

Plus vert donc, il est également exempté de circulations alternées.

Bioéthanol, fausse bonne idée, les inconvénients ?

Comme nous venons de le voir, bien que moins polluant, ce carburant ne permet toujours pas à ce jour d’obtenir la vignette Crit’Air 1, qui donne accès aux zones de circulation restreintes.

De plus, bien la plupart des véhicules à essence récents soient équipés d’injection électronique, il est indispensable de faire poser un boitier E85 homologué dit « FlexFuel ».

En effet, afin de pouvoir utiliser ce carburant sur votre véhicule, vous devez absolument faire poser un boitier par un professionnel après un contrôle avant travaux (sauf notification officielle de compatibilité du constructeur).

Dans le cas contraire, le fonctionnement de votre moteur avec un carburant non spécifié dans les normes du constructeur peut occasionner une usure prématurée de celui-ci et pourra provoquer l’arrêt total de la garantie contractuelle de votre véhicule.

Pour la pose du boitier, veuillez compter entre 700€ et 1 000€ selon le véhicule.

Mais là encore, pensez à valider la poursuite de la garantie auprès du constructeur.

Comme vu précédemment, cette opération peut alors être amortie à partir de 20 000 km.

Mais attention, le fonctionnement au superéthanol provoque tout de même une sur-consommation d’environ 20%.

Pour finir, moins de 20% des stations françaises distribuent ce carburant, il n’est donc pas évident de le trouver suffisamment lors de longs trajets notamment.

Bioéthanol, fausse bonne idée, conclusion :

Certes bien moins polluants que le Diesel ou même que le super sans plomb classique, ce carburant ne convient donc pas à tous les véhicules ni à tous les usages.

Pour respecter encore davantage la nature, vous pouvez aussi opter pour un véhicule électrique. En effet, les offres sont aujourd’hui pléthoriques, le plus dure est encore de choisir son véhicule électrique idéal

Autre alternative éco-responsable, le véhicule hybride lui aussi, dorénavant proposé sous toutes ces formes et pour toutes les bourses.

A noter, que la prime à la conversion favorise plus que jamais ces motorisations dites vertes.

Ce qu’il faut retenir :

Gagnant : 

  • 60 centimes d’économie par litre pour 20% de consommation en plus
  • Carburant beaucoup moins polluant que les traditionnels

Mais :

  • Pas de vignette Crit’Air 1
  • Nécessite une installation couteuse et une compatibilité constructeur faute de perdre sa garantie.