Prime A la Conversion : changement de véhicule en perspective ?

Blog Hellogova : conseils d'experts pour trouver la voiture idéale

Temps de lecture estimé: 8 min

Prime A la Conversion : changement de véhicule en perspective ?

À l’heure du déconfinement, une relance ténue dans un contexte difficile 

La crise sanitaire globale du Covid-19 a provoqué un coup d’arrêt dans le secteur automobile. L’exemple de Renault est éloquent. La demande s’essouffle et l’offre automobile en souffre. Ainsi, la préservation du secteur est une priorité pour le gouvernement, mais l’ambition reste la relance et la transformation. Dans un climat économique et industriel très compliqué, l’état vole au secours de l’industrie automobile mise à mal par la pandémie

L’objectif de durabilité, entre optimisme et opportunités 

Les engagements pris par le gouvernement, incarnés par le Plan automobile 2020,  semblent correspondre à une nouvelle ligne de conduite.

Deux grands intérêts pour les futurs acheteurs se trouvent dans ce plan:

  • l’accessibilité
  • l’écologie.

Ces deux intérêts sont longtemps restés éloignés, l’automobile verte étant relativement peu abordable pour les bourses modestes. Ainsi, la lenteur de la transformation écologique du parc automobile français pâtit de ces incompatibilités. Le plan automobile entrevoit donc la sortie de la crise sanitaire comme la possibilité de changer de modèle. La primauté aux véhicules propres se ressent donc au travers des différents avantages de financement proposés aux particuliers et professionnels. 

Une revalorisation des primes

Si la distribution de ces primes reste limitée avant un retour aux seuils initiaux, l’élargissement des véhicules éligibles est conséquente. Ainsi, c’est près de 50% du parc automobile qui est concerné. De même, l’accès aux bourses les plus modestes est renforcé. Grâce à une hausse du revenu fiscal de référence (RFR) de 13 500 à 18 000€, près des trois quarts de la population sont concernés. 
Ainsi, suite au Plan Climat, la Prime à la Conversion (PAC) , opère un changement de modèle et vise un parc automobile plus vert.

Dès le 1er juin, particulier ou professionnel, en échange de la mise au rebut de votre vieux véhicule, vous pouvez donc bénéficier d’une aide.

Cette prime étant limitée à 200 000 véhicules achetés neufs ou d’occasion, n’attendez plus !

Voici comment y voir plus clair :

Quels sont les véhicules éligibles ?

Désormais, les véhicules Crit’Air 3 sont inclus dans la mise à la casse. Elle concerne donc les voitures et utilitaires diesel immatriculés avant 2001 (RFR par part inferieur à 13 489€) ou 2006. Les véhicules essence immatriculés avant 1997 sont également concernés.

Enfin, vous devez être propriétaire de votre véhicule depuis plus d’un an.

Prime à la conversion : Changement de véhicule en perspective, quels sont les modèles éligibles ?

Les voitures hybrides rechargeables (émissions de CO2 inférieures à 50 g/km), ainsi que les voitures et utilitaires électriques bénéficient de la PAC. Toutefois, leur prix TTC doit alors être inférieur à 60 000€. Les véhicules essence (Crit’Air 1) et diesel (Crit’Air 2) dont les émissions de CO2 sont inférieures à 137 g/km WLTP correspondent également. Pour les véhicules diesel, ceux-ci doivent avoir été mis en circulation après le 1er septembre 2019. Concernant les véhicules thermiques, seuls ceux dont le prix est inférieur à 50 000€ sont concernés.

Prime à la conversion : Changement de véhicule en perspective, quel montant pour la PAC ?

Celui-ci dépend des émissions de CO2 du véhicule en question, et de votre Revenu Fiscal de Référence (RFR) par part. Pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion dont les émissions sont inférieures à 20g /km, une prime de 5000€ est accordée.

Si les émissions sont comprises entre 20 et 50 g de CO2 /km, la prime s’élève à 3000€ pour les 20% des ménages les plus modestes et les actifs qui ne paient pas d’impôts et parcourent plus de 60 km pour se rendre à leur travail.
En revanche, en cas de RFR supérieur à 18 000€, ainsi que pour les personnes morales, la prime est réduite à 1500€. Enfin, le troisième seuil concerne les véhicules dont les émissions sont inférieures à 137 g/ km en WLTP. Toutefois ici, seuls les particuliers dont le RFR est inférieur à 18 000€ bénéficieront d’une prime, celle-ci s’élevant à 3000€. Pour ce qui est des deux-roues et quadricyles électriques, une prime de 1100€ est attribuée. 

Qu’est-ce que les zones faibles émissions ?

La Métropole du Grand Paris entre autres, s’engage, pour améliorer la qualité de l’air et répondre à l’urgence sanitaire en mettant en place une Zone à faibles émissions .

Si vous habitez l’une des 131 communes de la Métropole du Grand Paris, faites le test d’éligibilité ?

Cette aide supplémentaire à la prime à la conversion peut atteindre 6 000 € pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion, électrique, hydrogène, hybride ou GNV.

Quelles sont les démarches à effectuer ?

La PAC est cumulable avec le bonus écologique. Elle est gérée par l’Agence de Services et de Paiements (ASP) pour le compte de l’Etat. Si le loueur / vendeur avance le montant de la prime, elle est alors déduite du prix TTC. Il lui revient ensuite d’effectuer les démarches afin d’être remboursé. Dans le cas contraire, la demande d’aide est à effectuer auprès du teleservice dédié.

Enfin, quel délai pour en bénéficier de nouveau ?

Si vous avez déjà profité de la PAC, vous ne pouvez vendre votre véhicule dans les 6 prochains mois. Vous devez également avoir parcouru 6 000 km avant de le céder.

Comment trouver mon futur véhicule et bénéficier de la prime à la conversion ?


Naturellement vous pouvez vous rendre chez votre concessionnaire habituel.

Il existe aussi une solution digitale capable de vous accompagner dans la définition de votre projet auto: Hellogova.com 

Ce conseiller virtuel analysera en détail vos besoins pour vous dénicher le véhicule fait pour vous.

Ce qu’il faut retenir :

  • 75% des ménages et près de 50% du parc automobile éligibles.
  • Des aides de 1 500 à 5 000 € de prime à la conversion
  • Des aides supplémentaires jusqu’à 6 000 € pour les Zones à Faibles Emissions (ZFE), comme le Grand Paris par exemple.